J'ai eu 40 ans le mois dernier.

Je n'étais pas très sure de vouloir fêter cela. 

La dernière fois que mon anniversaire a été fêté, que ma famille et mes amis avaient été invités, c'était une surprise assez mal organisée, assez peu originale, dont je n'ai vraiment pas pu profiter. Je vous passerais les détails mais ayant été relativement déçue, j'ai refusé de fêter mon anniversaire durant les 9 années suivantes.

Cette fois-ci, les circonstances étaient différentes. Ma vie est différente. En 10 ans, c'est incroyable le nombre de choses qui ont changées dans ma vie et pourtant... "Chat échaudé craint l'eau froide" dit on toujours...

Et puis les enfants ont insisté.

Et puis j'avais envie d'inviter des personnes spéciales et chères à mon coeur.

Et puis j'avais envie de cuisiner moi-même ce que j'avais envie de proposer à mes invités.

Et j'avais envie de faire mes gâteaux d'anniversaire.

Et puis mon Homme s'est occupé de tout le reste avec brio et Amour.

Nous avons eu la chance d'avoir le soleil de la partie, magnifique et une température particulièrement agréable. 

Il y a eu des sourires, des rires, des fou-rires, des moment d'émotions fortes... Beaucoup d'amour dans cette belle journée.

 

Une personne m'a demandé en rigolant si j'accusais bien le coup. Si ce n'était pas trop difficile de changer de dizaine.

40 ans...

Pour moi, la réponse est simple et complexe en même temps. Non, changer de dizaine n'est pas difficile pour la simple et excellente raison que je ne me suis jamais aussi bien sentie dans ma vie et dans ma peau.

J'ai fait le nécessaire pour cela. J'ai galéré quelques années. J'ai travaillé sur moi, je me suis aussi pris pas mal de claques. J'ai fait des choix. Je les assume. Je m'assume aussi. J'assume qui je suis, mes défauts, mes qualités. Je les accepte. J'accepte que je ne suis pas une mère parfaite, une femme parfaite, une compagne parfaite. Je suis juste moi, du mieux que je peux. Ce n'est peut être pas assez pour certains, mais c'est ainsi. Et puis c'est tout.

J'arrête de me justifier. De justifier mes choix et mes décisions. Je me contente de quelques explications et si la personne en face de moi ne peut/veut pas les comprendre, ça la regarde.

Je regarde parfois derrière moi afin de me souvenirs que la route a été longue et difficile. Je sais que la route devant moi ne sera pas beaucoup plus simple. Mais quand je me regarde dans le miroir, je suis, à présent, non plus critique, mais bienveillante avec moi même. 

Commencer par s'aimer pour mieux aimer les autres...

40 ans...

anniv Gallyan